VISITE DE CHANTIER – Avec la Compagnie F

entrée libre sans réservation

CUBE ANTIGONE

PERFORMANCE IMMERSIVE & PARTICIPATIVE ENTRE FORME ANIMÉE ET NUMÉRIQUE

En résidence du 6 au 17 mai

Un jeu perdu d’avance

Cube Antigone est conçu comme une expérience cruelle et ludique pour quelques spectateurs munis de tablettes numériques et assis des deux côtés d’un cube en Plexiglas. Dans ce cube, Antigone en cage face à une société impuissante. Découvrant les rouages de la tragédie de manière claire, le public devient voyeurs et complices de ce mythe intemporel.

Antigone, seule incarnation physique au sein de ce cube rempli d’argile, rejoue sa dernière nuit en quatre tableaux, chacun étant rythmé par un jeu vidéo interactif orchestré par l’application tyrannique Créon. Elle tente en vain de faire réintégrer son frère Polynice sur la plateforme, et elle sollicite l’aide de la Cité, symbolisée par les spectateurs. Comme prévu, elle meurt à minuit devant un public incapable de la sauver et se relève de sa mort pour rejouer son histoire, en boucle.

LAURA FEDIDA :

« Je n’ai pas mon bac en 2007 mais j’obtiens en 2017 une licence 3 en arts du spectacle option marionnettes. Ce qui fait comme si j’avais eu le bac. Mon père est content. À 17 ans, au lycée Jean Jaurès à Montreuil, je décide d’occuper le bahut avec ma prof de théâtre mon prof d’histoires et les autres élèves. Ma carrière politique commence là et ne s’arrêtera jamais. De galères de rue à luttes syndicales, parfois je fais du théâtre.

Je découvre le Théâtre du Fil, tenu par un communiste respectable qui a fait trembler le Ministère de la Justice, Jacques Miquel. Là bas, je rencontre des gens en galère comme moi des frères et soeurs de misère, et j’y découvre aussi la marionnette. J’adore déjà tout ce qui s’apparente à de la « scénographie en mouvement ».

Je suis prise à l’ESNAM (École Nationale des Arts de la Marionnette) à Charleville-Mézières. J’y crée Cramés dans de la cendre. Ce solo reçoit bon accueil et tournera après l’école. Il détermine l’ADN de ma compagnie, et reste encore aujourd’hui un peu comme une carte de visite. Puis j’écris je monte et je joue Psaumes pour Abdel, spectacle déjanté pour 4 comédiennes dans les matières feu et plastique, sur un sujet de société, l’antihéroisme, les femmes au front. l’absurde de la justice, les violences policières. Je découvre la vidéo et le stopmotion, je fais une formation de montage à l’École de l’Image les Gobelins, tout en montant le dossier de ce projet et en menant pleins d’ateliers de recherches matières et stop motion en prisons, en lycée, en IME etc…

Ici pour ce projet je fais dialoguer Bourdieu avec Anouilh Sophocle Brecht et je parle avec eux de temps en temps, ensemble on parle avatars, identité numérique, mort virtuelle et sociale. Au final il en sort un jeu pour 100 spectateurs me manipulant, manipulant Antigone, avec ce qu’il faut de cruauté et de tragédie pour s’amuser. C’est intense. »

Laura Fedida

DISTRIBUTION :

  • Décors costumes et régie générale : Alice Carpentier
  • Programmation, jeux numériques : Jonathan Fedida
  • Conception, écriture, jeu, performances, montages vidéo : Laura Fedida
  • Administration : Florence Martin
  • Aide à la dramaturgie : Chloée Sanchez
  • Conception lumière : Sandrine Sitter
  • Chef opératrice, vijing vidéo live : Raphaëlle Uriewicz
  • Production : Alina Yanikeeva

SOUTIEN :

  • Coproductions : Studio Théâtre de Vitry (aide relance DRAC Grand Est avec la compagnie Trois-6ix-trente), Ville de Charleville-Mézières (Cité des Arts de la marionnette), Jeunes ESTivants, Le Sablier – Centre National de la Marionnette, Région Grand Est – Aide au projet
  • Résidences : Jeunes ESTivants, Communauté de Communes de Thann-Cernay (Uffholtz), l’Espace Périphérique (Mairie de Paris – Parc de la Villette), SCÈNE 44 / n + n Corsino, La Distillerie

Nos partenaires